Qu’est ce que Twitter ?

Twitter est un système de micro blogging. Il permet d’ envoyer de courts messages de 140 caractères et sa popularité n’a cessé de croître ces derniers mois. Il est présenté de la façon suivance sur la page d’accueil :

Twitter est un service gratuit qui vous permet de rester en contact avec des personnes grâce à  l’échange de rapides et fréquentes réponses à une question simple: Que faites-vous?

L’histoire de Twitter

L’histoire commence comme beaucoup d’histoire du web et du web 2.0. Au départ, un jeune homme, entouré d’un ou de plusieurs amis, et à l’arrivée une success story. Hier, c’était Facebook et Marck Zuckenberg. Aujoud’hui, c’est Twitter et Jack Dorsey. L’histoire de Twitter commence avec les difficultés d’une autre compagnie, OdeoW fondée par Noah Glass (@Noah) Evan Williams (@Ev). Odeo doit faire face aux poids lourds du podcasting et l’avenir ne s’annonce pas des meilleurs. Une journée de travail est décidée pour rebooter la compagnie. Jack Dorsey (@Jack) apporte une nouvelle idée : un service qui permettrait aux usagers d’être connectés via leurs téléphones. Il permettrait, via le SMS, à chacun de dire à un groupe de personnes ce que l’on est en train de faire. Une partie de l’équipe travaille a cette idée, tandis que l’autre s’occuper de continuer à faire fonctionner Odeo.

La première version du service est disponible le 21 mars 2006. Elle permet d’envoyer des messages via le web. Les premiers utilisateurs sont les employés de Odeo et leurs familles. Le service est d’abord baptisé twttr, en référence à Flickr. Dans un second temps, le système de messages privés est implémenté. En mai, devant les difficultés de Odeo, six employés sont licenciés. Twttr.com est mis en ligne dans cette période difficile et le service prend le nom de twitter.com quelques mois plus tard. A cette époque, il était possible d’envoyer des messages de plus de 160 caractères. Ils étaient découpés en plusieurs messages et envoyés les uns après les autres. La limite de 140 caractères (120 pour le message, et 20 caractères pour le nom et les deux points) est mise en 2007. Cette même année, Twitter est lauréat du SXSW dans la catégorie Blog. C’est le début du succès public de Twitter !

 

Croissance folle et premières questions

La croissance de Twitter a été effarante. En une année, le service est passé de la 22ième à la seconde place dans le classement Forrester . Dans le même laps de temps, sa population a augmenté de 1382%  par Nielsen. Des institutions ont ouvert des comptes sur Twitter. Des médias, des hommes politiques, des journalistes et même des morts (Sigmund Freud, La Boetie) sont maintenant sur twitter. Aucun groupe social ne peut connaître une telle croissance sans tensions fortes. Même si dans le cyberespace, l’espace alloué à chacun ne manque jamais, la multiplication d’ interlocuteurs possibles soumettre chacun à une charge de travail importante. La mise en place de message privés pendant la phase de beta test est une réponse technique à la nécessité pour chacun d’ avoir un canal de communication privé avec d’autres. Sur Twitter, cette possibilité n’est laissée qu’a ceux qui se suivent réciproquement. L’afflux de nouveaux arrivants a posé des problèmes inédits : que faire lorsque son enfant ou sa mère arrive dans son groupe de followers ? Faut-il la blocker comme le fait AlabasterFalcon au motif qu’il est des choses qu’une mère ne doit pas voir ? La question se pose aussi lorsqu’il s’agit de son patron : les barrières entre la vie professionnelle et la vie privée sont à réinventer.

De telles foules ne sont pas sans poser quelques questions : faut-il s’effrayer qu’une chanteuse soit plus suivie qu’un média ? Faut-il s’alarmer de la course au followers qui a enflammé quelques uns ? Sommes nous devenus, comme le suggère @fred2baro devenus des medias ?

 

Le poids des multitudes

Devant cette croissance, de nouveaux termes sont forgés. Ils sont récoltés sur le Twictionary afin que chacun puisse s’accorder sur ces nouveaux termes qui pointent de nouveaux usages. Les quelques 264 entrées disent tout à la fois les plaisirs de la langue, le jeu avec le dispostitif, et la nécessité d’inventer de termes pour parler des usages qui étaient inventés.

La multiplication des guides Twitter et autres Top ten donne également une mesure de l’urgence a laquelle il fallait faire face. Devant la vague de nouveaux venus, une étiquette a été peu a peu élaborée, échangée, discutée. Faut-il accueillir tous les nouveaux venus avec un message public ? Ne vaut il pas mieux utiliser des messages privés ? Faut il utiliser des automates ? La course aux followers est elle une bonne idée ? La réciprocité des suivis est elle souhaitable ? Ce qui est ainsi peu à peu élaboré, c’est la sociabilité, l’ être-ensemble dans twitter. Le #followfriday est une réponse forgée par la communauté twitter pour faire face et gérer la pluralité tout en développer tout à la fois ses réseaux sociaux : tous les vendredi, chacun peut proposer des personnes a suivre. Les usages ne sont pas encore fixés : certains proposent des dizaines de noms, d’autres prennent de soin de présenter chaque personne

Les dizaines d’applications développées autour de twitter sont une autre mesure du poids des mutltitudes. Elles sont si nombreuses que des catalogues ont été construits. Un wiki a été mis en place pour lister les applications, et Twittosphere en dénombre plus d’un demi millier !

Enfin, la fureur avec laquelle nous classons tout sur twitter dit également l’urgence avec laquelle nous devons trier cette masse énorme d’information. Nous classons les twitts par popularité, mais également les comptes avec shortyarwards. Des applications comme WeFollow nous servent d’annuaires tandis que d’autres, comme PeopleBrowsr, prétendent nous aider dans la gestion de nos réseaux.

 

Les Grands Evenements

Divers grands événements contribueront  la légende de Twitter. Le premier d’entre eux est sans doute l’histoire de James Buck, étudiant journaliste de Bekerley qui a la suite de son arrestation twitte "Arrested" a partir de son téléphone et le jour suivant . Il sera libéré le jour suivant, non sans avoir twitté sur ses conditions de détention. Son traducteur, Mohammed Salah Ahmed Maree, restera lui en détention.

L’amerrissage du boing dans l’Hudson est un autre événement marquant dans la vie de Twitter. ""There is a plane on the Hudson. I am on the ferry to pick up the people. Crazy." C’est par ses mots que Janis Krums annonce sur Twitter le crash de l’avion. La nouvelle se répand dans la twittosphère et déborde dans les média quelques  minutes plus tard. L’événement sera célébré comme la preuve de la puissance de la viralité de Twitter (et des autres services de micro-blogging) et de l’émergence d’un journalisme citoyen.

Tout groupe social a besoin de Grands Evénements. Ils marquent généralement pour le groupe sa naissance ou des moments qui ont été à l’orgine de sa transformation. Ces événements, pour historiques qu’ils soient, servent a structurer l’imaginaire du groupe.

Twitter nous rend libre, voilà ce que enseigne James Buck. Aussi petit que soit votre réseau de followers (James avait alors moins de 100 followers), il peut vous être utile. Avec Twitter, vous n’êtes jamais seul  : ni l’éloignement, ni la  prison ne saurait vous isoler de Twitter. Il n’est pas pour Twitter de terre étrangère, car twitter est notre maison.

La seconde parabole1 raconte que nous ne sommes plus limités par notre propre moi puisque nous sommes des multitudes. L’oeil de Janis Krums est mon oeil, sa main qui tient son iPhone est ma main et il n’est pas un événement qui ne puisse être saisit par un Janis Krums.

 

Etre avec Twitter

"Je twitte donc je suis" dit-on en plaisantant. Qui de quel "je" s’agit-il ?

Je suis en direct l’attaque de Munbai, et les 80 twitts qui tombent toutes les 5 secondes me transmettent la peur, l’effroi et le tumulte. Je suis aussi avec Zuckernberg à SXSW et je vis avec la foule révoltée des maladresses de la journaliste.  Mais je ne suis pas seulement les grands événements. Les tous petit événements, ceux qui font banalement une vie, m’ intéressent tout autant.  Je suis une partie d’un organisme immense couvant la terre entière, survolant les tumultes du monde ou faisant gourmandise des multiples des twitts sans qualités. Ma curiosité se nourrit de tout ce qui est partagé. Je peux savoir suivre l’écho de besoins fondamentaux dans la twittosphere où encore sentir ses émotions. Je suis alors comme une mère2 pour un nourrisson dont l’avidité semble avoir aucune limite.

  1. J’y avais vu le fonctionnement de la mise en résonance d’un fantasme oedipien. On peut en faire une autre lecture : celle d’un fantasme de toute puissance. []
  2. Just be sure Mom doesn’t get your feed prévient le service foodfeed []
Une psychologie de Twitter (part. 1/2)

3 pesnées sur “Une psychologie de Twitter (part. 1/2)

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :