Des récits marchent devant les pratiques sociales pour leur ouvrir un champ" Michel de Certeau

Pour Michel de Certeau, ces récits étaient ceux des petites gens, des hommes et femmes "sans qualités". Comment ne pas voir que le bavardage de quelques un a ouvert le champ de la blogosphère ? Comment ne pas voir que les gazouillis de Twitter ont produisent en ce moment même autre chose ? 

On trouve en compagnie des récits des théories. Il est assez facile de voir que des théories qui ont bruissé dans les années 70 prennent corps dans le réseau d’aujourd’hui. Nous avons par ailleurs besoin de ces théories pour nous aider à ajouter de l’intelligence à ces mondes numériques qui sinon risquent forts de rester malins.

 

Chacun a sa boîte à outil pour essayer de comprendre ce que l’Internet fait de nous. Voici la mienne.

1. L’association Clinique des Objets de Relation a fait un travail intéressant sur les médiations; Guy Gimenez en a fait une bonne synthèse dans Les processus psychiques de la médiation, (Chouvier et all) Les objets peuvent être des ponts vers l’autres. ils médiatisent alors la rencontre en établissant une zone tampon entre les deux subjectivités. On peut alors parler de l’objet tout en parlant d’autre chose – par exemple, s’extasier sur le collier de la dame. La médiation peut aussi échouer, parce que l’autre vivra l’intéret porté à son objet comme trop proche de lui. C’est que ces objets de relation sont biface : une face est tournée vers l’extérieur – le collier est le collier – et une autre est tournée vers l’intérieur : le collier est lié à tout un ensemble de souvenirs conscients et a la vie psychique inconscient : représentations, fantasmes, affects. Nous avons un exemple de ces objets de relation dans les psychothérapies médiatisées par le jeu vidéo. Dans ce cas, le jeu vidéo permet d’établir avec le patient une zone dans laquelle il ne se sent pas menacé : il joue au jeu vidéo: tout en lui donnant l’occasion, par ses verbalisations, de parler d’autre chose.

2. Le travail de Serge Tisseron sur le travail  des objets est aussi une clé importante. Les objets ne nous laissent pas indifférents : ils suscitent en nous émois et pensées, collectivement et individuellement. Par exemple, c’est après avoir été bouleversé des peintures de Bacon que Didier Anzieu a écrit son premier article sur le moi-peau. Le contact avec les objets, leur perte, leurs dons, leurs réceptions et leurs destruction sont autant d’occasion de travail psychique et parfois de symbolisation. Enfin, les objetS sont des espaces de dépôt. Ils contiennent des émois, des souvenirs qui ne peuvent être sur le moment être utilisés tels quels par le psychisque. Qu’en est il de ce travail dans les mondes numériques puisqu’un objet peut être très facilement copié et transféré à d’autres et aussi tout aussi facilement détruit ? Qu’en est il de la symbolisation dans un monde ou les objets sont à la fois indestructibles et extrêmement fragiles ?

3. Serge Tisseron donne une autre clé de compréhension des jeux vidéo par son travail sur les images. Les images sont des écrans pour la pensée, c’est à dire à la fois des appuis et des obstacles. Les puissances de l’image ont leur place dans les les mondes numériques: puissance de sensorialité, de mémoire, d’accomplissement de désir, d’action et de sens. Les mondes numériques ont cette particularité de nous présenter des textes comme des images. ils nous permettent également de les transformer de façon infinie (édition)

4. Genevieve Lombard est sans doute la première psychanalyste française à s’être intéressée aux bruissements du réseau, des murmures de la foret des news jusqu’aux des ombilics de la blogosphère en passant par les cinétiques du réseau, son point de vue donne toujours à penser.

4. La métapsychologie psychanalytique du dessin (Annie Anzieu, Serge Tisseron) est également utile pour comprendre ce qui est en jeu dans les mondes numériques. La trace et l’effacement n’y fonctionnent pas du tout de la même façon, et les supports (la feuille, l’écran) y sont également très différents. La dynamique du tracé y est également différente : ici, ce qui s’écoule du style est controlé et sa forme provoque plaisir ou déplaisir selon qu’elle est conforme a ce que l’on en attendait. Là, la forme est toujours conforme à l’idéal : un "a" a toujours une forme de "a"

5. Le travail d’Harold Searles sur l’environnement non-humain, celui de Sherry Turkle sur les objets évocateurs et celui de Christopher Bollas sur la transitionnalité sont aussi des points de référence importants

6. En debors de la psychanalyse, le travail de Michel Foucault  sur le panoptique, les espaces hétérotopiques, et les techniques de soi est tout simplement nécessaire.

7. Les réflexions de Michel de Certeau sur les tactiques et les stratégies permettent de comprendre les détournements dont le réseau est habituel, du premier mail de Tomlinson aux {machiminas}W

8. Le travail de Marc Augé prolonge heureusement ceux de Michel de Foucault et de Michel de Certeau. Marc Augé a montré que notre société a produit des lieux particuliers. Ce sont des lieux sans esprit, sans caractère, sans âme. On n’y habite pas : on y passe. Ce sont les échangeurs d’autoroute, les halls d’aéroport, certaines enseignes commerciales. La halte y est interdite. A coté des lieux qui sont des espaces de rencontre avec l’autre et d’ancrage de l’identité (on est de tel village, de tel quartier et même de tel immeuble) sont apparus non-lieux. Ils sont non-identitaires. Le temps s’y accélère.

9. Philippe Hert a écrit deux textes à la fois magistraux et stimulants: Internet comme dispositif hétérotopique et Quasi oralite dans l’ecriture electronique

10. La sociologie  apporte une contribution importante avec des auteurs comme Gabriel TardeW, Bruno LatourW ou Luc BoltanskiW.

 

Et vous, quelle est votre boite à outil ?

Une boite à outil pour les mondes numériques

2 pesnées sur “Une boite à outil pour les mondes numériques

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :