Un des grands intérêts de la blogosphère c’est  qu’il y a un au-delà des nuages. A la FAREM, j’ai pu recontrer plusieurs personnes, dont Denis Pansu [son profil sur la FING]. Nous avons échangé au moment de la pause-café quelques mots qui m’ont empêché de voir ce qui se l’appel de ChristopheM109 sur Twitter. Denis m’a rappelé que la FING organisait les Carrefour des Possibles et en était au premier tour de table. Il est encore possible de déposer sa canditature.

Il y a longtemps que j’ai quelques idées que j’aimerai bien travailler un peu plus et je suis heureux de pouvoir les confier aux nuages

Graphit!

Nous sommes tous dans différents réseaux. Nous l’étions avant l’Internet, si l’on considère les réseaux familiaux, de connaissance, de travail dans lesquels nous baignons. Il faut également ajouter les réseaux symboliques dans lesquels nous sommes pris, les réseaux réels que nous parcourons – entrelas de routes, de rues, de place – et ceux qui nous parcourent – réseaux veineux, artériel, neuronal… De tous ces réseaux, nous avons une intuition de la place des uns et des autres. Elle peut être “fausse”, c’est à dire portée par des positions imaginaire, mais elle nous est nécessaire

Sur Internet, les choses différentes. Si dans un premier temps le groupe nous a permis de lier les grands nombres, c’est maintenant avec les réseaux que nous lions les multitudes. Et nous avons de plus en plus d’outils pour nous permettre de nous retrouver dans ces foules. Sur Facebook, une application comme Nexus permet de donner un graphe circulaire du réseau social de chaque compte. Pour Twitter, Tweeterwheel fonctionne sur le même principe. Twinfluence a choisi la voie des chiffres

Graphit! sera un site permettant de dessiner les graphes des différents réseaux sociaux auxquels nous appartenons. Il permettra de

  • déterminer sa place, son rôle et son importance dans les différents réseaux sociaux
  • déterminer la place, le rôle et l’importance des autres dans les différents réseaux sociaux
  • trouver des communautés dans les réseaux sociaux auxquels l’on appartient
  • trouver des hubs et les … dans les différents réseaux sociaux
  • trouver des personnes qui font le lien entre différents réseaux sociaux

Médiations numériques

Voilà déjà quelques temps que les psychothérapeutes ont des patients qui viennent en séance les poches pleines de lecteurs mp3, de téléphones cellulaires, de consoles portables et les têtes pleines de rêves, de souvenirs, d’attentes ou de craintes concernant ce qu’ils vivent dans les mondes numériques. Des  psychologues ont utilisé et utilisent des jeux vidéos dans le cadre de psychothérapies. En 2002, les laboratoires Microsoft ont produit KidTalk, un bavardoir dans lequel l’apparence des avatars se modifie en fonction des interaction. Le programme est né de la coopération entre des psychologues et les Microsoft. Il a été utilisé avec quelque succès avec des enfants présentant un autisme de type Asperger. Le laboratoire de cyberpsychologie de l’Université du Quebec utilise la réalité virtuelle pour traiter des troubles aussi divers que les troubles anxieux, les phobies ou  les troubles alimentaires. Ils utilisent également des mods de de jeux vidéos comme Unreal Tournement. En France, après les essais princeps de Michael Stora, Francois Lespinasse et Jose Perez, divers cliniciens travaillent avec le numérique dans le cadre de soins. A Paris, Guy Grozlan s’est servi de la téléphonie mobile pour trouver la bonne distance avec les jeunes patients. Le SMS est en effet moins intrusif que la voix et permet d’avoir accès aux adolescents qui échappent généralement aux propositions de soin traditionnelles.  A Lille, des thérapeutes utilisent le jeu Les Sims avec des adolescents psychotiques. Périgueux, j’utilise Ico dans le cadre d’un groupe thérapeutique jeux vidéos.

Il serait intéressant de construire un objet ah-hoc pour les psychothérapies. Les jeux que nous utilisons restent cependant limités lorsque l’on tente de les utiliser dans un cadre psychothérapeutiques. Des caractéristiques du game desing peuvent être trouvées pour  susciter, produire, appeler des effets qui pourront être travaillés par le psychothérapeute. Il serait également possible de constuire un jeu qui pourrait être utilisé comme une pâte à modeler numérique. Un tel jeu pourrait reprendre les caractéristiques du médium malleable en s’appuaynt sur les spécificités du numérique : etre disponible inconditionnellement, prévisible et fidèle,auto-animée, d’une sensibilité extrême, pouvant se transformer indéfiement, informe, et consistant. Il pourrait être possible de régler ces critéres. Par exemple, le caractère “prévisible” pourrait être modifié par l’enfant qui pourrait ainsi jouer avec toute la game qui va de la répétition à l’identique au chaos.

Projets dans les nuages
Étiqueté avec :            

2 pesnées sur “Projets dans les nuages

  • 24 octobre 2008 à 12:53
    Permalien

    Cela faisait longtemps que je n’étais pas passé. la forme a évolué en bien. sachant que le fond reste d’un trés bon niveaux :)

  • 27 octobre 2008 à 16:10
    Permalien

    trés interessant cette histoire de graphiques de réseaux sociaux
    je trouve que c’est un formidable outil sytemique qui permet de verifier ou l’on se situe dans le système, et les liens avec les sous-sytèmes.

    sinon pour l'”objet ad-hoc” j’aime beaucoup les perspectives apportées par ce jeu “little big planet” qui va sortir prochainement sur ps3.
    les possibilités en terme de modelage et d’interaction (que ce soit avec le personnage ou les internautes) sont trés nombreuses.

    see ya

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :