Meuporg est définitivement le mot de la journée. Et il y a des chances qu’il entre dans le vocabulaire de l’Internet. Si vous ne savez pas ce qu’est un meuporg (faut-il une majuscule ?) c’est que vous avez manqué Nathanaël de Rincquesen sur Télé Matin pendant l’émission Télé Matin que “. La vidéo a déjà été vue plus de 155.000 fois et le mot dispose de 6 fan page sur Facebook.

 

Meuporg ? Vous aurez donc compris qu’il s’agit d’un MMORPGW

Nathanaël de Rincquesen se faisait l’écho d’un court papier de Libération : Cyberdépendance : un enjeu en ligne de mire. Malheureusement, il ne semble pas avoir vu les guillemets et les points d’interrogation du journal. Il parle doctement de choses dont manifestement il ignore tout en filant la métaphore de la toxicomanie. Si les drogués consomment des produits, alors il est probable que “des jeunes passent leurs journées derrière un écran a se goinfrer des meuporg”.  Il faut reconnaitre à Nathanaël de Rincquesen un certain talent : en 54 seccondes, tous les signaux d’alarme sont tirés : “l’addiction à la vidéo”, “”les spécialistes nous parlent de conduite addictive”, “un phénomène plutôt préoccupant”, “”jeunes qui passent leur journée derrière un écran à se goinfrer des “meuporg”” “

 

Double jeu.

Reconnaissons à Nathanaël de Rincquesen au moins une chose : la plupart des “spécialistes” des jeux vidéo viennent de l’addictologie, ce qui n’aide pas à y voir plus clair.Si l’on compte les psy* qui s’occupent des jeux vidéo et qui apparaissent dans l’espace médiatique : la plupart viennent de l’addictologie. Marc Valleur (psychiatre), Thomas Gaon (psychologue), Elisabeth Rossé (psychologue), Serge Tisseron (psychiatre, psychanalyste), Michael Stora (psychologue, psychanalyste) et moi-même. La moitié travaille à Marmottan et tous parlaient d’une addiction aux jeux vidéo. Avant Mars 2009, on ne trouve aucun psychologue/psychothérapeute/psychiatre qui dise aussi clairement : il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo.

Certes, parfois Marc Valleur dit des choses comme   "Disons le clairement, nous n’avons pas connaissance de dépendance ou d’addiction aux jeux vidéos parmi les enfants, mais certains abus, certaines pratiques frénétiques témoignent d’un malaise et souvent d’un dysfonctionnement au sein du cercle familial.” (Valleur & Matysiak, 2004) mais malheureusement il le dit après une trentaine de pages ou il laisse entendre que les MMO causent des problèmes.

On pourrait s’en satisfaire. Mais pourquoi alors ne ferme t-il pas cette consultation de cyberdépendance qu’il dirige à Marmottant ? Cela fait six années qu’il dit clairement qu’il n’y a pas de dépendance ou d’addiction aux jeux vidéo parmi les enfants ! Six ans ! Pourquoi recevoir dans un service d’addictologie des personnes qui n’en relèvent pas ? Reçoit-on en gastroentérologique quelqu’un qui relève de la dermatologie ?

S’il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo, pourquoi en parler dans le stage de formation “Première approche du jeu pathologique et du jeu excessif” Pourquoi former des infirmiers, des psy*, des éducateurs etc.. qui vont repartir dans leurs institutions parler d’une pathologie dont on dit par ailleurs qu’elle n’existe pas ?

Il s’entretient là un double jeu des plus dommageable. Car lorsque l’on parle de “sur-consommation de jeux vidéo”, c’est tout l’imaginaire de l’alcoolique ou du toxicomane que l’on convoque. Parler de “dépendance” plutôt que d’ “addiction” ne change rien car on sait bien que l’ivrogne est dépendant de sa bouteille et le drogué de ses cachetons.

Meuporg !
Étiqueté avec :        

19 pesnées sur “Meuporg !

  • 24 mars 2010 à 0:15
    Permalien

    oui en effet le mot semble s’accoucher au prix de contorsions assez peu délicates de la part de ce journaliste qui semble vomir un signifiant qu’il ne peut digérer : son corps parle pour lui ?

    Moquerie à part, ce que tu écris à propos de Marc Valleur me fait penser que dans son parcours il semble faire un continüm entre ces travaux d’origines, à savoir le jeux pathologique (addiction aux jeux d’argents) et “l’addiction aux jeux vidéos”.

  • 24 mars 2010 à 0:24
    Permalien

    Effectivement, Marc Valleur a emprunté les belles autoroutes théoriques. Il a d’abord cherché du coté des sensations et a accusé les FPS d’être addictifs. Il a ensuite utilisé ce que l’on sait du gambler, c’est à dire du jeu d’argent) pour le plaquer sur le gamer c’est à dire le jeu vidéo. Le raisonnement est aussi solide que “ça me fait penser à…” mais jamais la métaphore n’a été vérifiée. Tout comme les chiffres donnés par Marc Valleur sur la proportion de gameurs “addicts” sortent directement de son chapeau.

  • 24 mars 2010 à 0:33
    Permalien

    très étonnant, Yann j’ai pu lire ton commentaire par mail, mais il n’apparait pas ici. Pourtant le compteur affiche bien 2 commentaires.
    ????

    Sinon c’était juste pour demander s’il n’avait pas fait un article ou un chapitre genre “du Gambler au Gamer” car il me semble de souvenir avoir lu ça sous sa plume.

  • 24 mars 2010 à 6:11
    Permalien

    Commentaire plus intéressant que le sujet,aka un journaliste mal renseigné effectivement.

    Un “gamer” désappointé.

  • 24 mars 2010 à 10:13
    Permalien

    Bonjour Yann,

    J’ai trouvé ce blog après avoir lu ton (je peux te tutoyer ? ^^) commentaire sur l’article de Libé qui a suscité mon intérêt.

    Bref, juste un petit commentaire pour te dire que, en tant que joueur, il est plaisant de voir quelqu’un d’expert (en tous cas plus que le joueur lambda que je suis) qui essaie d’avancer des arguments un peu plus fournis que les “les jeux vidéos say crès crès dangereux” qu’on nous sert depuis qu’on est gamin.

    Notons quand même ce supeeeerbe passage de l’article de Libération :
    “Des gens passent beaucoup de temps devant la télé, ils ne sont pas pour autant addicts”
    Ca, c’est juste merveilleux. Je crois que les joueurs ne se lasseront jamais de ce genre de propos d’une hypocrisie notoire comme quoi la télé n’est pas mauvaise, puisque c’est la norme, mais les jeux vidéos sont une pratique de dangereux criminels en puissance (y’a qu’à voir comme à chaque fois qu’un jeune passe aux infos pour des faits divers sordides, on ne manque pas de mentionner qu’il jouait même si à côté de ça il souffrait de graves problèmes qui expliqueraient bien plus logiquement les faits).
    Je me demande si c’est de la connerie pure et dure venant du journaliste ou si c’est le résultat d’une pression quelconque, cette phrase.

  • Ping : Meuporg ! | Owni.fr

  • Ping : Le Blog Jeuvidéal » Blog Archive » Meuporg à Télématin : à propos d’un discours télévisuel stigmatisant - Le Blog-note d'Alexis Blanchet

  • 24 mars 2010 à 17:53
    Permalien

    Bientôt les premières guildes Meuporg sur wow !

  • 29 mars 2010 à 0:09
    Permalien

    ça sera toujours moins dangereux de regarder les reportages animaliers sur Arte que de jouer des nuits entières à WOW, en ce sens la télé offre des perspective différentes pour le peu qu’on soit curieux, une fois sur WOW bah, on joue à WOW, bravo à Nathanael de Rincquesen qui a fait sortir les gamers de leurs petits clans pour aller poster sur des sites où on ne les attendrais pas , enfin, les “Meuporg jerry” qui foisonne na changent pas réelement la vision que tout le monde a d’eux

  • Ping : Meuporg : le néologisme signé Télématin.

  • 15 avril 2010 à 12:11
    Permalien

    Le jour ou les jeux vidéo rapporterons autant que la l’infâme bouillie merdique qu’on nous sert à la télévision plus personne ne nous parlera d’addiction.
    Je ne sais pas si passer des nuits entières à jouer est dangereux pour la santé mentale, mais surement moins que regarder comme un gros veau passif certaines chaines de télévision en boucle toute la journée.

  • 18 avril 2010 à 12:32
    Permalien

    Bonjour Toshira, bienvenue sur Psy&Geek
    Oui, la question de l’addiction aux jeux vidéo finira par se calmer (:-

  • Ping : M.E.U.P.O.R.G, join the cause | TiBo, etc.

  • 26 avril 2010 à 2:36
    Permalien

    Toshira:
    “Le jour ou les jeux vidéo rapporterons autant que la l’infâme bouillie merdique qu’on nous sert à la télévision plus personne ne nous parlera d’addiction.
    Je ne sais pas si passer des nuits entières à jouer est dangereux pour la santé mentale, mais surement moins que regarder comme un gros veau passif certaines chaines de télévision en boucle toute la journée.”

    +1^^ au moins en jouant aux “meuporg” on est actifs mentallement, meme si on ne bouge pas de sa chaise, et il faut parfois des réflexes assez développés. (allez mettre un silence sur un sort a moins d’une seconde de cast avec une réactivité de bulot attardé…)
    bref pour moi toutes ces critiques ne sont qu’une peur de l’inconnue de la part des 50 ans et +, pour qui l’avancée technologique s’est arrétée au bilboquet^^

  • 18 août 2010 à 13:15
    Permalien

    MMORPG = Massively Multiplayer Online Role Playing Game

    Serieusement Monsieur, avant d’avoir la prétention de participer à un debat? ou a une prévention on se renseigne. De plus MMORPG n’est pas un nom barbares, ce sont de simples initiales, et enfin, (je ne suis pas un joueur de MMORPG, moi c’est Super Smash Bros), on ne joue pas avec des compagnon virtuel, mais réel qui incarnent un personnage virtuelle, c’est la la différences avec les autres jeux.

  • Ping : Les trois vidéos de la semaine: nos jeux dans la vraie vie | Ykio

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :