Autrefois, il y a très longtemps, le spam s’appelait  “Unsollicited Commercial e-mail”. La procédure était alors d’écrire au mail master du fournisseur d’accès Internet de la personne qui avait osé commettre cet impair, et celui-ci se devait de sévir rapidement.

Les UCE ont disparu de la mémoire collective et l’on parle maintenant principalement de spam. L’étymologie en est connue : le spam est une marque de pâté qui était distribuée aux soldats américains pendant la seconde guerre mondiale. On dit que c’était là la seule chose que les boys recevaient en quantité suffisante sans l’avoir demandé.

La seconde origine du mot vient d’un sketch des Monty Python((Vous pouvez voir le sketch en VOST sur Dailymotion)). La scène se passe dans un sketch. Un couple entre par le plafond. Il y a déjà quelques vikings attablés. La dame demande ce qu’il y a au menu, et la patronne donne une liste de plats comportant tous du spam. Petit à petit, le spam envahit tout et les viking crient  “spam !” en coeur. L’ensemble devient rapidement sans queue ni tête. Un autre client entre, est arrêté par la police, la dame veut du spam sans spam, on voit un drakkar et un expert explique comment les vikings ont envahit Le Pub du Nain Vert pour finir lui aussi à crier “spam ! spam ! spam!”

Dans les deux versions, il y a une allusion à la guerre : les GI et les mauvaises rations qu’ils recevaient en masse sans l’avoir demandé d’un coté, et les viking de l’autre. On peut penser que ces rations symbolisent la guerre : les combats sont cette chose mauvaise que tout soldat reçoit largement au-delà de ses attentes.

Le spam utilise deux tropes de langage. Le premier est la réduction, comme dans le sketch des Monty Python :tout se réduit petit à petit à un seul signifiant pour tout dire, les désirs actuels et les invasions anciennes. Le second est l’expansion :  80% des mails échangés dans le monde se réduisent à des choses qui ne sont ni voulues, ni demandées, ni utiles. La seconde est l’expansion: le spam se duplique, envahit tout, s’infiltre partout

Le spam évoque des conflits anciens – il suffit de lire les noms des logiciels anti-spam pour comprendre que la guerre est totale.Il ne s’agit pas seulement des conflits de la réalité, mais aussi de ceux de nos mondes internes. Nous avons tous vécu des moments ou nous avons été confrontés a des événements dont nous ne savions que faire ni penser, ou que nous avions pas demandé à vivre. Dans le meilleur des cas, nous avons bénéficié d’un environnement suffisamment à l’écoute de nos besoins pour interpréter ces événements et, lorsque cela était possible, les changer.

Le spam nous fait revivre ces moments premiers qui ont été si importants pour la constitution de notre Self. Mais l’environnement n’est pas ici bienveillant. Il semble être plein de choses méchantes et inutilisables qui nous assaillent. Le cyberespace est alors comme une mauvaise mère ayant perdu tout bon sens, inattentive aux vrais besoins de son bébé, et lui apportant toujours la même mauvaise réponse à toutes ses demandes.

L’imaginaire du spam.
Étiqueté avec :

3 pesnées sur “L’imaginaire du spam.

  • 22 août 2010 à 10:48
    Permalien

    Une petite anecdote qui m’a remis les pieds sur terre au sujet des spams.
    J’installe internet chez la mère d’un ami, je lui configure son webmail, elle semble bien suivre, tout est OK.
    Deux heures après, je reçois un coup de fil :
    “C’est quoi “spam” ? C’est comme les SMS, c’est ça ?”
    La pauvre vient sans doute tout juste d’intégrer intellectuellement l’existence des textos, elle a pas fini de ramer ;-)

  • 26 septembre 2010 à 17:30
    Permalien

    Je trouve le spam beaucoup plus pernicieux que la pub car si vous êtes obligé de voir une pub momentanément, vous pouvez vous en soustraire pour faire autre chose et donc ne pas perdre de temps. Pour le spam, il faut effectuer une action pour l’éliminer car les antispam ne marchent pas forcément. Vous perdez donc du temps à supprimer le spam.

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :