En 2005, au plus fort de la panique morale des jeux vidéo violents, le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger signe une loi visant à protéger les mineurs. La loi prévoit l’apposition d’un avertissement sur les boites de jeu et une amende de 1000 dollars par infraction constatée aux contrevenants.  L’affaire est portée au tribunal par Entertainment Software Association et Video Software Dealers Association. Les jugements rendus sont en faveur des plaignants, mais le gouverneur de Californie choisit de porter l’affaire devant la Cours Suprême en 2009 qui accepte de traiter le cas.

Le jugement est rendu le 27 juin 2011, la Cours Suprême des Etats-Unis rend son jugement : les jeux vidéo restent protégés par le 1er Amendement de la constitution américaine qui garanti aux citoyens américains la liberté de religion, d’expression, de presse et de s’assembler pacifiquement

Le syllabus accessible en ligne donne des détails intéressants. La Cours Suprême rappelle  quelques faits qui sont généralement éparpillés dans l’immense corpus de recherches qui ont été publiées depuis une vingtaine d’années. Le premier point est que aucune étude n’a jamais prouvé le lien causal entre des jeux vidéo violents et des comportements violents. Par violence, les juges entendent des attaques sur des personnes et des biens, et non pas le fait qu’un enfant a tendance a compléter le mot EXPLO_E par EXPLOSE plutôt que par EXPLORE. Les positions du Docteur Anderson qui est aux Etats-Unis le héros de la thèse des dommages provoqués par les jeux vidéo violents sont également examinées avec précision. Le Docteur Anderson a en effet admis devant d’autres cours que  1) la taille de l’effet de l’exposition des enfants aux jeux vidéo violents a peu près le même que celle des enfants exposés à la violence de la télévision; 2) que le même effet a été trouvé chez des enfants qui regardent Bugs Bunny ou Road Runners, 3) quel lorsqu’ils jouent à Sonic ou des jeux vidéo noté E (PEGI +3) ou lorsqu’ils voient l’image d’un pistolet

En conclusion, les jeux vidéo violent ont le même effet que des jeux vidéos non violents.

COUR SUPREME DES ETATS UNIS SYLLABUS

BROWN, GOUVERNEUR DE CALIFORNIE, ET AL. vs.ENTERTAINMENT MERCHANTS ASSOCIATION ET AL.

Traduction Yann Leroux.

Les preuves apportées par l’Etat de Californie ne sont pas suffisantes. L’état de Californie s’appuie principalement sur la recherche du Docteur Craig Anderson et quelques autres chercheurs en psychologie dont les études visent à montrer un lien entre l’exposition à des jeux vidéo violents et des effets dommageables sur les enfants. Ces études ont été rejetées par toutes les cours qui les ont examinées et ceci pour une bonne raison : elles ne prouvent pas que les jeux vidéo violents poussent les mineurs à agir agressivement (ce qui serait au moins un commencement). Au contraire, “presque toutes ces recherches sont basées sur la corrélation, non sur la preuve d’une cause (causalité ?), et la plupart de ces études souffrent de problèmes avérés et admis (reconnus?)dans leur méthodologie “ Video Software Dealers Assn. 556 F. 3d, at 964. T Elles montrent au mieux une (certaine) corrélation entre l’exposition à des jeux violents et de minucules effets dans le monde réel, comme des enfants se sentant plus agressifs ou faisant davantage de bruit quelques minutes après avoir joué à un jeu violent que lorsqu’ils ont joué à un jeu vidéo non-violent

Même en acceptant les conclusions du Docteur Anderson selon lesquelles les jeux vidéo violents ont des effets sur les sentiments d’agression (aggressivité ?) des enfants, ces effets sont à la fois faibles et indistingables (neologisme -> indicernables ? indifferentiables ?) des effets produits par d’autres médias. Dans son témoignage devant une cour, le Docteur Anderson a admis que la “taille de l’effet” de l’exposition des enfants aux jeux vidéo violents est “à peu près la même” que celle produite par l’exposition à la violence à la télévision. App 1263 Et il admet que le même effet peut être trouvé lorsque les enfants regardent des dessins animés avec Bugs Bunny ou Bip-Bip  id à 1304, ou lorsqu’ils jouent à des jeux vidéo comme Sonic le hérisson qui sont notés “E” (approprié à tous les ages) id à 1270 [PEGI +3 en France n.d.t.] ou même lorsqu’ils “regardent une image d’un pistolet” id à 1315-1316.8

SUPREME COURT OF THE UNITED STATES Syllabus BROWN, GOVERNOR OF CALIFORNIA, ET AL. v.ENTERTAINMENT MERCHANTS ASSOCIATION ET AL.

The [California] State’s evidence is not compelling. California relies primarily on the research of Dr. Craig Anderson and a few other research psychologists whose studies purport to show a connection between exposure to violent video games and harmful effects on children. These studies have been rejected by every court to consider them,6 and with good reason: They do not prove that violent videogames cause minors to act aggressively (which would at least be a beginning). Instead, “[n]early all of the researchis based on correlation, not evidence of causation, and most of the studies suffer from significant, admitted flaws in methodology.” Video Software Dealers Assn. 556 F. 3d, at 964. They show at best some correlation between expo-sure to violent entertainment and minuscule real-world effects, such as children’s feeling more aggressive or mak-ing louder noises in the few minutes after playing a vio-lent game than after playing a nonviolent game.

Even taking for granted Dr. Anderson’s conclusions that violent video games produce some effect on children’s feelings of aggression, those effects are both small and indistinguishable from effects produced by other media. In his testimony in a similar lawsuit, Dr. Anderson admit-ted that the “effect sizes” of children’s exposure to violent video games are “about the same” as that produced by their exposure to violence on television. App. 1263. And he admits that the same effects have been found when children watch cartoons starring Bugs Bunny or the Road Runner, id., at 1304, or when they play video games like Sonic the Hedgehog that are rated “E” (appropriate for all ages), id., at 1270, or even when they “vie[w] a picture of a gun,” id., at 1315–1316.8

Les jeux video violents et la Cour Supreme des Etats Unis d’Amerique

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :