A la fin des années 1990, alors que Kimberley YOUNG et Mark GRIFFITHS construisent la notion de l’addiction à l’Internet et aux jeux vidéo, certains psychologues explorent d’autres voies. C’est le cas de Steven STERN qui en 1999 critique la notion d’addiction à l’Internet  en la mettant en contexte, en en montrant ses limitations logiques et en proposant un autre modèle.

Dans son article Addiction to technologies : A social psychological perspective of Internet Addiction publié dans CyberPsychology and Behavior  Steven STERN montre que l’addiction à l’Internet est une nouvelle expression des craintes que l’on a vis à vis de la technologie.  Avant l’Internet, les psychologues ont présenté la radio, la télévision ou les jeux vidéo dans des termes comparables. Tous étaient un danger pour les enfants parce qu’ils étaient un obstacle a la création de relations sociales, parce qu’ils détruisent les cultures locales, renforcent les comportements agressifs, encouragent à la création de relations “parasociales” et finalement conduisent à l’addiction

L’addiction à l’internet est problématique pour STERN parce qu’elle ne satisfait pas a l’exigence de parcimonie de la démarche scientifique. Le principe de parcimonie scientifique  consiste a n’utiliser que le minimum de cause pour expliquer un phénomène. Or, dans le cas des comportements problèmatiques liés a l’Internet, l’addiction est une cause supplémentaire dont il est possible de se passer puisque le phénomène s’explique bien à partir d’autres mécanismes comme la compulsion. L’Internet ne donne pas lieu à de nouveaux comportement mais peut augmenter la probabilité d’expression d’un comportement inadapté. Par exemple, un acheteur compulsif a plus d’occasion de céder à ses impulsions avec Internet tout simplement parce qu’il peut accéder de chez lui a des boutiques en ligne. . Le modèle de l’addiction à l’Internet a par ailleurs le désavantage de ne pas prendre en compte la pluralité des usages qu’une personne peut faire du réseau.  Les discussion en ligne, le jeu vidéo, la collecte d’images pornographiques peuvent faire l’objet de comportements compulsifs  différents  qui appellent des traitements différents que l’addiction à l’internet réduit sous le même trouble

Les technologies augmentent nos compétences et nos capacités tout comme elles augmentent notre capacité a exprimer des comportement inadaptés, des faiblesses et des incapacités. L’Internet peut être une voie d’expression des désirs et de compulsion parce qu’il abaisse les barrières sociales et par la situation de désindividuation qu’il provoque.  Mais le réseau ne suscitent pas de nouveaux comportements problématiques. Parce que la technologie est de plus en plus présente, elle donne plus souvent l’occasion d’exprimer des comportements dont certains sont problématiques. STERN en appelle finalement à une vue plus globale des technologies qui peuvent nous amener à nous conduire d’une manière positive ou négative.

 

[LECTURE] STERN 1999 Addiction to technologies : A social psychological perspective of Internet Addiction
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :