TIINDENBERG aborde les selfies sexy postés sur une communauté établie sur Tumblr. Les pratiques sont examniées au travers de la méthode narrative des images, des légendes et des commentaires postés et avec les concepts de “corps réflexif” (Giddens, 1991), du “miroir érotique” (Waskul, 2004) et des techniques de Soi (Foucault, 1988)

L’article de TIINDENBERG  apporte trois éléments majeurs.

UN

Les selfies sont souvent critiqués parce qu’ils présentent une image stylisée, voire dégradante de soi. TIINDENBERG montre que c’est précisément dans cette exagération que les selfiers gagnent des degrés de liberté. La stylisation de soi n’est pas seulement une contrainte ou le signe d’un assujettissement. Elle est une opportunité de re-création de soi.

Cette invention est possible parce que les selfies offrent un “espace sûr” (Muise, 2011) pour des pratiques qui sont réprouvées par ailleurs. Ce sont des “espaces ou le stigmate est suspendu” (Waskul, 2004) et ou il est possible d’expérimenter sans crainte des répercussions tout en s’engageant dans une activité “sans vraiment la faire” (Ross, 2005)

Les selfies sont une manière de s’approprier soi-même.

DEUX

Les selfies et les interactions qui en découlent  produisent des effets sur la perception que les personnes ont d’elles-même et de leurs corps. Elles se sentent plus confiantes, ont une plus grande satisfaction sexuelle, s’acceptent mieux, et ont une meilleure estime de soi.

TROIS

L’auteur remet les selfies dans le contexte d’une “société somatique” (Turner, 1984) ou l’image du corps est un impératif, ou la “culture du strip-tease” (McNair, 2002) met l’accent sur l’affichage, le confession, et la révélation de soi. Le corps est site majeur d’appropriation de soi. Les selfies sont des objets par lesquels le Self peut s’incarner par la fantaisie, le contrôle, l’exploration de soi, l’expression et l’amélioration de soi

 

  • Tiidenberg, Katrin et al. “Reconfiguring Embodiment: Online Experimentation and Embodied Practices of Self.” Selected Papers of Internet Research 3 (2013).

 

LECTURE TIIDENBERG There and back again – a Self-Shooters tale: reconfiguring embodiement via selfies

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :