Pour tout joueur de FPS qui se respecte, le skill est la compétence ultime. Le skill est ce qui permet de sortir victorieux d’une situation gravement compromise. Le skill est ce qui permet de de se défaire de ses assaillants avec classe. Le skill est ce qui permet de survivre avec trois balles dans le chargeur et un couteau face à plusieurs adversaires.

Pour arriver a ce niveau d’excellence, les joueurs passent des centaines d’heures à jouer. Parties après parties, rounds après rounds, les joueurs apprennent à s’adapter rapidement à des stimulus auditifs et visuels variés. Ils doivent à chaque instant prendre plusieurs décisions. ils doivent organiser et hiérarchiser les informations qu’ils reçoives. Ils doivent utiliser un répertoire de taches différentes. En d’autres termes, les joueurs de FPS doivent faire preuve de flexibilité cognitive.

La flexibilité cognitive est l’aptitude à changer d’attitude en vue de s’adapter à l’environnement dans lequel il se trouve. La flexibilité cognitive est a la fois un processus exécutif, une conduite sous la dépendance de processus attentionnels et une composante de la pensée créative. Elle nécessite de se désengager d’un processus et d’en investir un autre. La flexibilité cognitive  est particulièrement importante dans le cadre de résolution de problèmes, car elle permet d’abandonner les stratégies inopérantes et de tester de nouvelles stratégies.

Dans un FPS, un joueur qui a décidé d’aller capturer le drapeau de la base A devra pouvoir changer d’avis en fonction des informations qui lui parviennent de son radar, des communications qu’il a avec les autres joueurs, de son état et de son armement. Il doit passer rapidement d’une tache à une autre en choisissant dans un répertoire d’actions possible (courir, se tourne, changer d’arme, se coucher, tirer). Cet entrainement au changement de tache

Lorsque l’on a comparé les joueurs de jeu vidéo a des personnes qui ne jouent pas au jeu vidé dans une épreuve de changement de tache qui donne une bonne mesure de la flexibilité cognitive, les joueurs de jeu vidéo ont fait preuve d’une plus grande facilité. Ainsi, jouer à des titres comme Call of Duty: Modern Warfare, Unreal Tournament, Battlefield, et même le très controversé Grand Theft Auto IV a des effets positifs sur le fonctionnement cognitif.

Un résultat comparable a été obtenu avec un jeu de Stratégie Temps Réel. Dans Starcraft, le joueur doit récolter des ressources, construire des bâtiments, et conquérir des zones ennemies. Des jeunes femmes ayant cumulé 40 heures de jeu sur plusieurs semaines ont de meilleurs scores a des taches mettant en jeu la flexibilité cognitive que des jeunes femmes ayant joué aux Sims.

Il est possible de faire plusieurs remarques.

Les jeux vidéo ont un effet d’entrainement sur la flexibilité cognitive. Les deux expériences mettent en avant les capacités d’apprentissage de chacun puisqu’une quarantaine d’heures de jeu suffisent à améliorer la flexibilité cognitive.

Le type de jeu est important. La flexibilité cognitive n’est améliorée que dans certains types de jeu. Les FPS et les STR (jeux de stratégie en temps réel) ont des effets sur la flexibilité cognitive parce qu’ils nécessitent du joueur de prendre de nombreuses décisions dans des situations complexes. Les Sims sont également un environnement complexe, mais le joueur n’a pas la pression du temps, d’ou un effet d’entrainement moindre de la flexibilité cognitive.

  1. Loreknza S. Colzato,, Pieter J.A. van Leeuwen, Wery P.M. van den Wildenberg, Bernhard Hommel DOOM’d to Switch: Superior Cognitive Flexibility in Players of First Person Shooter Games. Frontiers in psychology. 2010; 1: 8.
  2. Glass, Brian D.;  Maddox, W. Todd;  Love, Bradley C. (2013)
    PLoS ONE vol. 8 (8) p. 7 Real-Time Strategy Game Training: Emergence of a Cognitive Flexibility Trait
Le HEADSHOT est bon pour la flexibilite cognitive
Étiqueté avec :        

2 pesnées sur “Le HEADSHOT est bon pour la flexibilite cognitive

  • 21 décembre 2013 à 9:29
    Permalien

    Très intéressant cet aspect et la remarque sur les sims me donne des idées pour aller chercher cette flexibilité cognitive avec ce jeu : accélérer le temps ou jouer avec des familles comportant au moins 4 individus. s’occuper des besoins et des impératifs de tous demande de prendre beaucoup de décisions avec la pression du temps (besoins doivent être au vert avant 9h, les enfants doivent avoir fini leurs devoirs, il faut récolter les plantations avant qu’elles ne pourrissent. ..)
    Jouer avec plus de 6 personne dont des bébés avec l’objectif de faire monter tout le monde en compétence devient très sportif.
    Je vais essayer sous cet angle là avec certains patients.

  • 6 janvier 2014 à 13:54
    Permalien

    Merci….pour cet article. je comprends mieux pour quoi, après 2000h de FPS en 10 ans, je sais toucher mes orteils avec mon cortex droit :D

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :