Image result for boom headshot

Le doctorat d’une chercheuse, Jodi WHITAKER, a été révoqué après le retrait de son article par la revue dans laquelle il avait été publié.

En  2012, Jodi WHITAKER et Brad BUSHMAN publiaient une étude dans laquelle ils montraient que 20 minutes de jeu avec FPS (jeu de tir en première personne) augmentait les résultats au tir avec une arme à feu réaliste sur un mannequin. Mieux : les joueurs avaient tendance à viser – et à toucher la tête.  Mais l’article a été retiré en 2014 après que l’Université ait été avertie d’irrégularités dans les données par deux autres chercheurs, Patrick MARKEY de l’université VIllanova et Malte ELSON un psychologue en post-doc à la Ruhr-Universität Bochum (Allemagne).

L’affaire ne s’est pas arrêté là. Une enquête menée par l’université de l’Ohio a montré que des fichiers de données trouvés sur l’ordinateur de Brad BUSHMAN ont été modifiés pour aller dans le sens de l’hypothèse qui était testée. L’Université a alors pris la décision de révoquer le Doctorat en  Mass Media et communication Jodi WHITAKER. A ce jour, Brad BUSHMAN n’est pas inquiété.

Dans le milieu universitaire américain, l’affaire fait du bruit. Le fait que la seule personne condamnée soit une femme qui était au moment des faits dans une situation de subordination puisqu’elle était en thèse sous la direction de l’autre co-auteur qui se trouve être un homme et qui n’est pas inquiété suscite un peu plus que des interrogations.

BUSHMAN est auteur très prolifique qui travaille sur les média et la violence. Dans le champ des “vidéo game studies” il est connu pour ses articles qui montrent les effets réels et importants des jeux vidéo de type FPS sur les comportements. Son article “Boom Headshot” était la touche finale a plusieurs années de travail durant lesquelles il a contribué à montrer que ces jeux vidéo activaient des pensées et des émotions violentes et que les joueurs ne bénéficiaient pas d’un effet cathartique. Montrer qu’un des effets des heures passées à jouer à Call of Duty était une meilleur précision au tir avec des armes réelles revenait a dire que ce qui était appris dans les jeux vidéo pouvait être transposé sans difficultés en dehors des jeux vidéo

Ainsi, pour BUSHMAN, les jeux vidéo peuvent être comparés à des “simulateurs de meurtre”. L’expression a été forgée par un autre psychologue, le Lt Colonel Dave GROSSMAN qui voit dans ces jeux vidéo un équivalent des camps d’entraînement des soldats. Frag après frag, headshot après headshot, le joueur se transformait lentement mais sûrement en un tueur de sang-froid. Dans son livre Stop teaching our kilds to kill : a call to action against TV, movie & video game violence, il dénonce avec force les images violentes qui considère être à l’origine des tueries de masse qui ensanglantent régulièrement les USA. Mais là ou GROSSMAN n’a que la force que la rhétorique pour emporter l’argumentation, BUSHMAN revendique la froideur des données scientifiques. Du moins jusqu’à présent, car pour au moins une d’entre elle, nous savons maintenant que ces données ont été falsifiées

Ce n’est pas une première en psychologie.  En, 2011, le psychologue  Néerlandais Diederik STAPEL a été suspendu  de son poste après qu’une enquête ait révélé qu’il manipule ou fabriquait des données pour ses publications scientifiques. Après enquête,  il s’avère que pas moins de 55 de ses publications sont concernées par ces falsifications. Cette histoire montre que la recherche en psychologie ne se fait pas dans un vacuum. L’agenda explicite et implicite des chercheurs – ici la pression de “trouver” des résultats qui vont dans le sens des recherches du directeur de thèse – peut biaiser involontairement et volontairement les résultats.

SOURCES :

 

Whitaker, Jodi L., and Brad J. Bushman. “RETRACTED:“Boom, Headshot!” Effect of Video Game Play and Controller Type on Firing Aim and Accuracy.Communication Research 41.7 (2014): 879-891.

Grossman, Lt Col Dave, and Gloria DeGaetano. Stop teaching our kids to kill: A call to action against TV, movie & video game violence. Harmony, 2009.

 

BOOM! HEADSHOT! Le doctorat d’une chercheuse révoqué
Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :